The Tropical Dog : les aventures de Maria et Shark

Elles s’appellent Maria et Shark, depuis quatre ans, elles sillonnent le monde ensemble et sont, à elles deux, les vedettes du blog The Tropical Dog. Aujourd’hui, Maria répond à nos questions pour vous montrer qu’avec un peu d’organisation, on peut voyager partout avec son chien.

Racontez-nous votre rencontre avec Shark.

Shark est une femelle croisée Border Collie qui vient de fêter ses 4 ans. Elle est née sur l’île Rodrigues, dans l’océan Indien. C’est une chienne tropicale, d’où le nom du blog. Sa mère, une chienne abandonnée, a mis bas dans mon jardin lorsque je travaillais là-bas. J’ai donc Shark depuis sa naissance. Ça crée forcément une relation fusionnelle.

Quel est le premier voyage que vous avez fait avec elle ? Comment s’est-il passé ?

Quand j’ai dû quitter l’île Rodrigues en janvier 2015, je n’ai eu d’autre choix que de prendre 3 avions pour rentrer chez mes parents au Maroc avec Shark. Il était hors de question de l’abandonner. J’ai donc dû vaincre ma peur de mettre mon chien en soute, surtout pour 3 vols successifs dont un long courrier de 12 heures. Inutile de vous dire que j’ai stressé pendant tout le voyage et prié pour retrouver ma chienne en vie. J’avais organisé mes vols de manière à avoir des escales d’au moins 4 heures pour avoir le temps de récupérer Shark, la promener pour lui dégourdir les pattes, la rassurer, lui remplir son bol d’eau et la nourrir, avant de l’embarquer sur le vol suivant. C’est depuis resté ma règle de sécurité numéro 1 lorsque je voyage en avion avec Shark : toujours récupérer mon chien lors des escales et m’occuper d’elle.

Pourquoi avoir fait le choix d’emmener votre chienne ?

Très sincèrement, ce n’était pas une évidence au début. Je pensais la donner à un ami sur place parce que ça me semblait impensable de faire voyager un chien à l’autre bout du monde. Mais plus la date de départ approchait, plus j’avais le sentiment que Shark et moi avions encore beaucoup de choses à vivre ensemble. Nos chemins ne pouvaient pas se séparer comme ça. J’ai aussi compris que le chien, à la différence du chat, est attaché à son humain, pas à son territoire. À ce moment, c’est devenu une évidence.

Parlez-nous des autres pays que vous avez visité.

On est donc parties de l’île Rodrigues, qui appartient à la République de Maurice. En 2015, on a fait le Maroc, la France, la Grèce. On est restées plusieurs mois dans chaque pays car j’y ai de la famille. Début 2016, on s’est envolées pour l’Amérique latine ! Un rêve… J’ai décroché un job en Colombie où on a passé un an. À la fin de mon contrat, on a visité le Pérou, la Bolivie, le nord du Chili, puis la Floride avant de rentrer. En 2017, on a refait le Maroc, la France et nous sommes actuellement en Grèce. Ça nous fait 9 pays sur 3 continents.

Quel a été votre voyage préféré ?

C’est difficile de choisir, vous vous en doutez. Mais je dirais notre séjour en Bolivie en janvier 2017. On est arrivées en bus du Pérou jusqu’à Copacabana au bord du lac Titicaca. On a navigué jusqu’à Isla del Sol. On a repris le bus jusqu’à la capitale La Paz où on a passé quelques jours. Puis on a survolé le pays dans un avion à hélices jusqu’à Uyuni. De là, on a fait un road trip en 4×4 dans le fameux Salar d’Uyuni, le plus vaste désert de sel au monde, et la région du sud Lipez avec ses volcans, ses lagunes et ses paysages lunaires. C’était juste magique de voir Shark explorer tous ces lieux avec tellement de joie !

Comment avez-vous fait pour gérer les chiens errants avec votre chien en Amérique Latine ?

En effet, il y a beaucoup de chiens errants en Amérique Latine. Ça m’a beaucoup marqué à Cusco au Pérou et à San Pedro de Atacama au Chili. D’après notre expérience, ils n’étaient pas agressifs envers Shark. Quand on en croisait un, je les laissais se renifler si je voyais qu’ils se donnaient des signaux amicaux. Cela finissait le plus souvent en jeu. Dans le cas de Shark qui est une femelle, je sais qu’elle ne s’entend pas avec les autres femelles en général. Donc j’essayais de les éviter, tout en restant calme. Autre astuce pour éviter que ça dégénère : je répétais “c’est qui Shark ? C’est un copain ?” sur un ton enjoué. C’est la phrase qui signale qu’un ami humain ou chien approche. Ça casse de suite sa potentielle agressivité. En tous cas, on n’a eu aucun souci dans les 4 pays qu’on a visités (Colombie, Pérou, Bolivie, Chili).

Quelles ont été les difficultés majeures que vous avez pu rencontrer ?

Certaines fois, les hébergements indiquent sur les sites de réservation qu’ils acceptent les chiens, mais ils ne précisent pas les conditions. Ce fut le cas de l’auberge où on a logé au village de Machu Picchu qui n’acceptait que les petits chiens. Après de longues négociations, ils nous ont acceptées. Autre difficulté lorsqu’on voyage avec un grand chien en avion : que faire de la cage encombrante une fois arrivé ? Là aussi j’ai appris à négocier pour la laisser à l’auberge ou la trimballer avec moi avec un peu d’organisation. Enfin, certains pays sont ultra rigoureux. Je suis ainsi restée bloquée à la frontière chilienne plusieurs heures car le traitement vermifuge avait été administré à Shark 15 jours et non 10 jours avant l’arrivée. C’est les aléas du voyage !

Comment préparez-vous un 

voyage ?

Avant de choisir ma prochaine destination, je vérifie toujours les formalités d’entrée avec un chien dans le pays. Le site officiel (en anglais) est celui de la IATA, l’Association internationale du transport aérien. Les informations sont sûres et à jour. Pour les francophones, je recommande le site Anivetvoyage où vous trouverez plein d’infos utiles. J’effectue les démarches nécessaires pour traverser les frontières sans problème avec Shark.

La deuxième étape est de préparer mon séjour. Grâce à des recherches sur internet, je me renseigne sur les transports sur place, s’ils acceptent les chiens à bord ou pas, s’il faut louer une voiture, quels sont les hébergements et les activités dog friendly locales. Si je ne trouve pas grand-chose, je demande aux locaux une fois sur place.

Quels sont vos projets de voyage à venir ?

On a posé nos valises en Grèce depuis le mois de mai. Je travaille comme rédactrice et traductrice en freelance pour renflouer les caisses et financer nos voyages de 2018. Le Népal, Cuba, le Mexique, l’Afrique ou l’Océan Indien… je n’ai pas encore décidé ! On verra où le vent nous portera.

Pourquoi avoir décidé de faire un blog autour de ça ?

En 2014, avant de voyager pour la première fois avec mon chien, je n’avais aucune idée de ce que je devais faire. J’ai donc cherché des infos sur internet, mais ça a été très difficile de rassembler des informations et des retours d’expérience. À mon retour en France, j’ai eu l’idée de créer le premier blog de voyages à l’international avec un grand chien pour partager nos aventures et nos conseils.

Quels conseils pourriez-vous donner à ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure ?

Il faut d’abord se défaire des préjugés. Aujourd’hui, il est tout à fait possible de voyager avec un chien. Les animaux ne meurent pas dans la soute de l’avion (si vous avez respecté les consignes de sécurité). Les secrets sont de bien s’informer avant le voyage, d’effectuer toutes les démarches vétérinaires exigées par le pays de destination et s’organiser pour trouver les hébergements et activités dog friendly. Le plus dur c’est de faire le premier pas. Une fois que vous vous serez lancé, vous vous demanderez pourquoi vous ne l’avez pas fait plus tôt !

Pour ne louper aucune des aventures de Maria et Shark, restez connectés sur sont blog : The Tropical Dog !

Partager l'article