La peur chez le chien

A tout âge et dans plusieurs situations, le chien peut avoir peur, que ce soit justifié pour irrationnel. Si le rapport de l’animal à ses angoisses se fait très tôt, il n’empêche que l’on peut aider un chien peureux à se sentir mieux, ainsi qu’améliorer notre compréhension de ses différents comportements.

Pour commencer, il faut savoir que plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de la peur du canidé : une mauvaise socialisation, la génétique ou encore des traumatismes subis au long de la vie. Un chiot séparé trop tôt de sa mère et qui, par conséquent, ne serait pas correctement sevré, pourrait avoir tendance à être angoissé. De même, certains éleveurs font se reproduire des chiennes craintives, par exemple, ce qui donne des petits plus sujets à la peur. Enfin, un chien victime de violences, ou qui se retrouve peu confronté aux éléments extérieurs sera plus enclin à s’en méfier, voire même à être terrorisé.

Les signes de la peur

Lorsqu’il a peur, votre compagnon de route peut avoir deux réactions opposées ; la fuite ou l’affrontement. Quel que soit son choix sur le moment, un chien qui a peur le montre et il ne faut pas négliger les signes avant-coureurs, afin de lui éviter un épisode traumatisant, ou de vous faire mordre s’il se défend.

Un chien qui a peur peut donc être agressif, grogner, trembler, japper, haleter, perdre ses poils, avoir les oreilles collées en arrière, les pupilles dilatées, le poil hérissé, la queue entre les pattes, se lécher les babines, vous fixer, uriner beaucoup, gémir, bailler, faire les cent pas, montrer les dents ou encore mordre dans le vide. Ces éléments combinés à une situation inédite, dangereuse ou que vous savez problématique pour le canidé sont donc à prendre en compte.

Comment gérer la peur ?

Tout d’abord, il faut vous assurer que l’anxiété de votre chien n’est pas due à une maladie. L’hyperthyroïdie, qui est une pathologie hormonale, peut entraîner des réactions de peur et du stress chez l’animal, qui peut même devenir paranoïaque et agressif vis-à-vis de ses maîtres. Dans ce cas précis, un traitement adapté permettra au canidé de retrouver très rapidement son état normal.

Pour supprimer la peur de votre chien, ou l’aider à y faire face, il faut d’abord parvenir à l’identifier clairement. Si ce sont les bruits qui effraient Médor, comme les feux d’artifices par exemple, vous pouvez essayer de les mettre en bruits de fonds chez vous, avec un CD ou grâce à internet, d’abord très doucement avant d’en augmenter le volume progressivement. Pendant ce temps-là, vous jouerez avec lui, afin qu’il se sente bien. Petit à petit, il devrait se faire à ce bruit et ne plus le considérer comme dangereux. Si ce sont les transports qui déclenchent ce sentiment chez votre compagnon, vous pouvez l’aider à se détendre lorsque vous devez prendre la voiture, le train ou l’avion, grâce à la naturopathie, en ayant préalablement pris les précautions nécessaires, comme consulter un spécialiste de la santé canine.

N’hésitez pas non plus à consulter un comportementaliste canin pour mieux aider votre chien, parce qu’il ne faut pas oublier que votre comportement a également une grande incidence sur le sien. Lorsque vous êtes stressé ou que vous avez peur, vous lui transmettez ces émotions négatives également. Un spécialiste pourrait vous aider à maîtriser cela, afin d’avoir une réponse la plus appropriée possible pour aider votre animal lorsqu’il a peur.

 

La peur n’est pas toujours évitable et permet parfois d’éviter de grands dangers, grâce à l’instinct de survie. Cependant, elle peut devenir problématique pour votre chien lorsqu’elle est excessive et irrationnelle. Fort heureusement, en étant bien entouré et en ayant bien respecté le temps de sevrage du chiot, votre animal devrait y faire face sans soucis.

Partager l'article