L’odorat chez le chien

Sens le plus développé chez le canidé, son odorat est nettement plus développé que celui des humains, environ 35 fois plus, et a de nombreuses utilités ! 

Le chien possède plus de 200 millions de cellules olfactives, quand nous en possédons 5 millions. Il peut sentir une piste pendant plusieurs jours, ce qui est très utile, notamment dans la recherche de personnes, de drogues ou encore d’explosifs. Les odeurs sont très importantes pour cet animal qui, naturellement, sentira ce qui l’entoure en arrivant dans un nouvel endroit pour se repérer, lorsque nous utilisons majoritairement la vue. Cependant, les chiens ne sont pas tous égaux ; les brachycéphales, avec le nez écrasé, auront un odorat moins développé que les chiens de chasse par exemple.

Les odeurs

La perception des odeurs est très précise chez le chien, mais également rapide puisqu’il peut en retrouver une 40 fois plus vite que n’importe quel outil de technologie ! Certains canidés sont capables de détecter des cancers ou même une chute du taux glycémie dans le sang d’une personne diabétique, par exemple.

Ce n’est pas tout : un chien peut se souvenir de beaucoup d’odeurs certes, mais également les distinguer lorsqu’elles sont totalement indétectables pour nos nez et jusqu’à une concentration 100 millions de fois inférieures à ce que l’on peut sentir !

Evidemment, toutes ces odeurs que nos compagnons à quatre pattes sentent n’ont pas le même impact sur eux. Certaines peuvent même être très anxiogènes, alors que d’autres seront apaisantes. Un chien stressé laisse par exemple un message olfactif capable de provoquer du stress chez un autre chien qui le sentira. A contrario, l’odeur qui est probablement la plus apaisante pour Médor sera celle de son maître. Enfin, les femelles qui viennent de donner naissance produisent, dès le 3ème jour des petits, une substance appelée Apaisine qui a pour intérêt de créer un attachement entre la mère et le chiot. Cette substance a d’ailleurs été synthétisée et peut s’acheter dans le commerce. Elle peut servir si vous accueillez un jeune chiot pour faire la transition avec sa mère ou si vous avez un animal très stressé.

Le comportement

En plus de son nez, le chien possède un organe voméronasal qui est en fait une sorte de système olfactif indépendant, situé dans le palais. Il permet de détecter les hormones produites par les autres animaux mais également les humains. Ainsi, le chien est capable de sentir quand vous être stressé, triste ou heureux. Ça lui permet également de déterminer tout de suite si un autre animal est ami ou ennemi et d’adapter son comportement en fonction. Cet organe a également une autre vertu essentielle : elle permet au quadrupède de trouver un ou une partenaire potentiel(le), avec qui se reproduire et ainsi faire perdurer l’espèce.

Toutes ces performances liées à l’odorat viennent également du cerveau. La surface de ce dernier consacrée à l’odorat représente environ 87 m2 chez le chien, quand elle n’en fait que 6m2 chez l’humain. Par ailleurs, autre fait intéressant, nos boules de poils reniflent en moyenne 10 fois par seconde !

 

Primordial chez le chien, l’odorat a un grand rôle à jouer, aussi bien dans le repérage d’un nouveau lieu, que dans la survie de l’espèce. Si un fort vent ou de grosses chaleurs peuvent perturber temporairement les capacités olfactives canines, il n’y a véritablement que le virus Parainfluenza, participant à la Toux du Chenil qui peut avoir un vrai impact négatif.

Partager l'article