L’expatriation à Hô-Chi-Minh d’Eden et Marion

Marion est française et elle est partie vivre au Viêt Nam, à Hô-Chi-Minh-City, avec toute sa tribu. Tribu dont fait partie sa chienne Eden. Marion vous délivre son expérience et quelques anecdotes plutôt insolites. Voici son histoire… 

Eden est une petite chienne, un Bichon Maltais de 3,5kg, ainsi elle peut voyager avec nous en cabine, ce qui est beaucoup plus rassurant ! J’ai trouvé un sac à dos qui répond aux normes d’Air France pour voyager avec son animal en cabine [ndlr : plus d’informations ici]. Pour le moment, Eden n’a voyagé qu’avec cette compagnie : elle est partie en Italie (un des pays les plus Dog Friendly que je connaisse) avec nous et dernièrement pour notre expatriation à Ho Chi Minh City (HCMC).

Le sac à dos est très pratique, je mets Eden sur mon dos et hop c’est parti, je peux m’occuper de ma fille de 20 mois car j’ai les mains libres. Pendant le vol, par contre, le personnel naviguant n’est pas très compréhensif quand on voyage avec un chien et même plutôt stalinien. Mais je n’ai voyagé qu’avec Air France, je ne connais pas les autres compagnies. La tête du toutou ne doit pas sortir du sac et le sac doit être posé par terre, sous les sièges de devant. Heureusement, Eden est une chienne très calme qui peut rester de longues heures tranquille, surtout si sa maîtresse est là. A chaque vol, je me suis disputée avec une hôtesse car je laissais la tête d’Eden dépasser du sac et je le mettais sur le siège vacant à côté de moi. Avec la clim et la chaleur, je ne pouvais pas la laisser complètement enfermée !! De toute façon, entre mon chien et ma fille, je ne suis pas l’amie des hôtesses et stewards !

Le gros souci, c’est pour que le chien puisse faire ses besoins pendant un vol de 13h. J’avais prévu des tapis spéciaux sur lesquels elle avait fait l’apprentissage de la propreté (il y a 8 ans…). Eh bien, malgré plusieurs voyages aux toilettes où je posais le tapis par terre, et j’attendais qu’elle puisse se soulager, rien à faire, elle n’a rien voulu faire et s’est retenue pendant tout le vol. Ça a été le gros stress du voyage pour moi. D’autant qu’après les 13h de vol, elle a encore patienté 2h avant que l’on puisse sortir de l’aéroport. Bref, à ne pas faire tous les jours !

Enfin arrivée à HCMC, les autres petits soucis commencent : arrivée dans un climat tropical après avoir quitté la Picardie… Eden souffre un peu de la chaleur à l’extérieur et nous sommes en appartement, alors qu’en France nous avions une maison avec jardin… Il faut retrouver un nouvel équilibre, Eden se dépensant moins, elle a pris un peu de poids et, fragile des intestins, elle a eu quelques désordres… Du coup, enquête sur les vétérinaires d’HCMC pour nous et découverte des pratiques locales… Petite anecdote, nous avons voyagé avec près de 80kg de croquettes d’avance par peur de ce que je trouverai ici… Bon, c’était de la pure paranoïa, il y a tout ce que l’on peut souhaiter ici.

Sinon, il faut bien se renseigner aussi des formalités douanières pour le voyage des animaux. Evidemment les vaccins doivent être à jour, sans période de non couverture, sinon il y a un délai à respecter avant le voyage et il faut avoir un certificat de santé international de moins d’une semaine. Mais dans certains pays il faut également faire faire un test antirabique pour le retour. Je n’en n’avais pas besoin pour venir au Vietnam et assez sottement je ne l’ai pas fait. Nous rentrons en France en juin pour les vacances et je dois le faire ici au moins 3 mois avant notre vol retour. C’est assez onéreux (que soit ici ou en France). Mais quand on voyage au sein de l’Union Européenne je crois que l’on est exempt [ndlr : retrouvez ici toutes les informations concernant les formalités de voyage]. Bref, il faut bien se renseigner là-dessus car les formalités sont parfois plus strictes pour le retour dans le pays d’où l’on part que pour le pays dans lequel on part.

Partager l'article