Les chenilles processionnaires

Elles sont de retour avec le printemps : les chenilles processionnaires ! Elles tirent leur nom de leur façon de se déplacer, en procession les unes derrière les autres. Leur présence n’est pas sans risques pour les humains ni pour les chiens.

La chenille processionnaire du pin est en fait la larve d’un papillon de nuit. Elle quitte l’arbre dans lequel elle vivait jusque-là lorsque les beaux jours reviennent, pour s’enfouir sous le sol, à quelques centimètres de profondeurs et se transformer en chrysalide. Ce n’est qu’au mois de juin que les papillons sortent de leur cocon. Le problème, c’est que la chenille processionnaire est recouverte de poils urticants, qui peuvent se disperser au gré du vent ou lorsque vous passez la tondeuse dans votre jardin, par exemple. Ces poils vont ensuite se nicher partout et peuvent se retrouver en contact avec votre peau. Votre chien peut également s’approcher un peu trop des chenilles.

Le contact pour l’humain

Lorsque les poils entrent en contact avec la peau, cela provoque des éruptions douloureuses ainsi que des démangeaisons qui peuvent se répandre un peu partout. Une conjonctivite peu se développer lors d’un contact avec les yeux et ; enfin, lorsqu’ils s’immiscent dans les voies respiratoires, cela peut entraîner des maux de gorge, des éternuements, des difficultés à déglutir et même des problèmes respiratoires.

Si ces symptômes se manifestent, consultez un médecin rapidement, afin d’éviter que la situation ne s’aggrave.

Le contact pour le chien

Souvent, ce sont le museau et la langue qui sont en contact avec les poils de la chenille processionnaire. Qu’elle soit morte ou vivante, elle est tout aussi dangereuse pour le canidé. Les premiers signes sont visibles immédiatement : le chien se met à couiner parce qu’il a mal, il bave et sa langue se met à gonfler. Vous pouvez également observer des tuméfactions et un durcissement inquiétant. En cas de contact avec une de ces chenilles, allez tout de suite voir un vétérinaire ! Si l’animal n’est pas soigné rapidement, sa langue peut devenir violette, se nécroser et même tomber.

Le professionnel de santé devrait soigner votre compagnon avec un anti-inflammatoire, des histaminiques et parfois même des antibiotiques. Si c’est nécessaire, il pourra également procéder à l’ablation de la langue.

Comment éviter les chenilles ?

Avant d’abattre tous les arbres autour de vous, il existe des solutions pour limiter la prolifération des chenilles processionnaires, comme l’échenillage, qui consiste à couper les nids et brûler les cocons, la mise en place d’écopièges ou encore le traitement biologique. Le mieux, c’est de faire appel à des professionnels.

Toutefois, la prudence reste de mise lorsque vous vous promenez avec votre chien, veillez à ce qu’il ne fourre pas son nez trop près des chenilles et si ça se produit malgré vos précautions, emmenez-le tout de suite chez le vétérinaire.

 

Si le printemps apporte sa chaleur, sa verdure et ses fleurs, il amène aussi ses désagréments qu’il faut connaître et dont il faut s’accommoder.

Partager l'article