Faire le deuil de son chien

La mort d’un chien peut survenir n’importe quand et dans des circonstances très différentes, comme lors d’un voyage, par exemple. Dans tous les cas, la perte de votre compagnon de route est éprouvante et nous tâcherons ici de vous aider à y faire face, en faisant votre deuil.

Lorsqu’on perd un chien, selon le degré d’attachement que l’on avait, ça peut faire aussi mal que lorsqu’on perd un proche. L’animal fait partie de la famille et peut être dans votre vie depuis de nombreuses années. C’est donc, assez logiquement, le même processus de deuil qui commence, en sept étapes.

D’abord, il y a le déni lié au choc de la mort. Vous ne parvenez pas à réaliser ce qui vient de se passer et vous attendez à voir débarquer Médor derrière la porte, à tous moments. Votre audition peut même vous jouer des tours et vous donner l’impression, au moindre bruit, que ce sont ses griffes qui tapent sur le parquet. Vient ensuite la culpabilité. Bien souvent, vous vous dites que ce qui est arrivé est votre faute, ou que vous n’avez pas assez profité de votre boule de poils. Cette phase est suivie par la colère, qui peut aider à avancer un peu ; elle-même vous amenant au marchandage, à la dépression, la reconstruction et enfin, l’acceptation.

Il n’y a pas de règle en matière de deuil. Nous sommes tous différents et ces phases peuvent durer plus ou moins longtemps, il faut vous laisser le temps de digérer cette perte. Il arrive parfois que l’on n’ose pas montrer sa peine, de peur que les personnes qui nous entourent ne la comprennent pas. Dans ce cas, entourez-vous de soutiens, de gens à votre écoute et qui sauront comprendre ce que vous traversez sans émettre de jugement. Après tout, nous avons chacun une relation à nos animaux qui nous est propre et votre peine ne doit pas être source de moqueries ou de réprimandes.

Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à organiser un enterrement pour votre chien, ou à lui écrire un poème. Ça pourrait vous aider à accepter son départ et à lui rendre un dernier hommage.

Avec les enfants

Si vous avez des enfants, prenez le temps de leur expliquer ce qui est arrivé à leur animal. Surtout, ne leur mentez pas, ça pourrait leur donner le sentiment d’avoir été trahis. Il est important de répondre à leurs questions, le plus honnêtement possible et avec des termes adaptés à leur âge, mais aussi de les laisser exprimer leur peine. Vous pouvez également leur exprimer vos sentiments, ça peut être un moyen de vous soulager, tout en les aidant à surmonter le décès de leur chien.

Quand adopter un autre chien ?

C’est une question délicate parce que très personnelle. Certaines personnes préfèrent accueillir un autre animal dans leur foyer très peu de temps après le départ de leur précédent chien, tandis que d’autres ont besoin de davantage de temps.

De manière générale, si vous être sûr d’adopter un autre canidé et que celui qui partage votre vie est vieillissant, vous pouvez très bien – si vous avez l’espace et les moyens suffisants – adopter un chiot alors que votre chien est encore en vie. Cela vous permettra de faire une « transition » en douceur, tout en apportant de la compagnie à votre vieux camarade et un peu de socialisation au plus jeune.

Cependant, des accidents arrivent parfois et ne vous permettent pas d’anticiper la mort de votre chien. Dans ce cas-là, ne précipitez pas les choses. Un être vivant ne doit en aucun cas être un pansement pour vous, une adoption se réfléchit toujours mûrement et mieux vaut avoir fait totalement le deuil de votre précédent chien, pour aborder une nouvelle relation sereinement.

 

Le décès d’un chien est toujours une grande épreuve et faire son deuil peut prendre du temps. N’hésitez pas à vous confier, trouver les personnes capables de vous écouter et prenez votre temps, honorez la mémoire de votre compagnon de route disparu comme il le mérite.

Partager l'article