Découvrez la randonée à vélo, avec son chien, grâce à Aurore !

Voyager à vélo avec votre chien vous semble impossible ? Pourtant Aurore le fait ! Avec son mari, son fils et sa chienne Nova, ils partent ensemble sillonner les routes. Pour partager leurs expériences, elle a créé le blog Randonner Vélo et nous livre ici son témoignage et quelques conseils à emporter sur la route.

 

Je suis Aurore, et avec mon mari Axel, nous voyageons à vélo depuis plusieurs années. Lorsque nous avons commencé, nous étions un simple couple. Aujourd’hui, notre fils Valentin 2 ans et demi et notre chienne Nova, âgée d’un an nous suivent. Avant d’agrandir la famille avec un chien, nous avons réfléchi longuement, car à l’avenir nous partirions à vélo avec un chien. Il nous fallait aussi un chien qui ait les capacités de nous suivre dans nos aventures.

Qu’a-t-on utilisé comme matériel ?

Assez rapidement, nous avons acheté le carrosse de Nova, pour qu’elle puisse nous accompagner au plus vite lors de nos sorties vélo, mais surtout pour notre prochain voyage. Eh oui ! avant même qu’elle n’arrive chez nous, nous avions programmé le tour de la Bourgogne à vélo (700 km), et il était hors de question de ne pas l’emmener avec nous.

Nous avons choisi la remorque Trixie en taille M. Il s’est avéré que la taille en dessous lui aurait suffi largement, car Nova est un petit gabarit.

Pourquoi avoir acheté une remorque et ne pas la laisser courir ?

Nova était une jeune chienne de 7 mois lorsque nous sommes partis, donc pas question de la faire trotter plus de quelques kilomètres par jour, juste de quoi lui dégourdir les pattes. Il faut attendre au moins 1 an avant de faire faire du sport à un chien. Malgré tout, quand elle sera adulte, nous partirons toujours avec un moyen de la transporter, car à vélo, on atteint facilement une moyenne de 15-20 km/h et un chien ne peut pas suivre cette allure bien longtemps. Cependant, il peut trotter à environ 9-10 km/h bien plus longtemps, en fonction du chien et de son entraînement. Mais il faut tout de même le laisser se reposer. De plus, il est important de prendre soin de ses coussinets.

Pendant notre périple, une sacoche entière lui était consacrée pour transporter les croquettes, friandises, jouets, laisses et pleins de bricoles qui n’ont pas servis. Sa gourde était logée dans une poche de la remorque.

Nous avons transporté notre chienne dans une remorque, mais il existe aussi pour les plus petits chiens des paniers qui se fixent sur le guidon ou sur le porte-bagage. J’ai aussi vu un couple avec un Border Collie qui avait fixé une bassine sur le porte-bagage pour accueillir leur chien ! Après, à vous de voir s’il est préférable d’attacher votre chien au système de portage ou non. Sachant que s’il saute lorsque vous roulez, parce qu’il aura vu un chat par exemple, cela peut être dangereux.

Voyager à vélo avec un chien, ça se prépare

Pour ce tour de Bourgogne, elle n’avait que 7 mois. On partait donc avec une chienne en pleine adolescence ! Elle connaissait les bases de l’éducation, mais son apprentissage était loin d’être terminé.

Pour que le voyage se passe au mieux, si le chien trotte à côté des vélos, il faut qu’il ait un minimum d’éducation et surtout qu’il n’ait pas peur du vélo. Un jeune chien peut vouloir jouer avec le vélo et attraper les roues, surtout si c’est un chien de berger. Il faut aussi lui apprendre à rester du même côté du vélo, ou devant. Une dernière chose importante, il faut qu’il ait un bon rappel.

Nous avons choisi la Bourgogne pour sa richesse en voies vertes, et pour que notre chienne ait la possibilité de se dégourdir les pattes sans danger. À savoir que les voies vertes sont régulièrement traversées par des routes.

Avant de partir à vélo avec un chien, il faut aussi que le chien soit habitué à la remorque, qu’il veuille bien y rester et qu’il n’ait pas peur lorsqu’elle roule. Le mieux étant d’y aller par étape, donc s’y prendre à l’avance. Nova l’a très vite adopté, surtout pour les siestes, même si généralement, elle préfère courir.

Faire du cyclo-camping avec son chien

En cyclo-camping, on campe, et c’était notre première fois à vélo avec un chien. Auparavant, la question des hébergements acceptant les chiens ne s’était jamais posée. Nous sommes partis sans vraiment savoir si on serait accepté partout, mais nous avons été agréablement surpris. En revanche, nous avons souvent dû payer un supplément pour elle en camping.

Une autre question se posait au moment du départ : comment Nova allait-elle se comporter en camping ? C’est une chienne avec beaucoup d’énergie, et avant ses 6 mois environ, elle avait du mal à se poser. Eh bien, elle nous a surpris, car pendant le voyage elle était relativement calme. Elle dormait avec nous dans la tente et venait se caler entre nous durant la nuit.

Au final, nous avons passé 9 nuits en camping, 2 nuits en bivouacs, 1 nuit en hôtel et 1 nuit en chambre d’hôtes et la présence du chien n’a jamais posé problème.

Partir tranquille à vélo avec un chien de garde

Quel meilleur moyen de protection pour vos vélos que de partir à vélo avec un chien ? Nous pensions donc qu’elle nous garderait nos vélos lors de nos arrêts au supermarché et tiendrait les curieux à l’écart, il s’est avéré que l’inverse s’est produit. Nova attirait les foules et elle se laissait tripoter de partout. Elle piquait même la vedette à notre fils de 2 ans, qui habituellement est au centre de l’attention lors de nos randonnées à vélo.

Partir à vélo avec un chien peut être rassurant lors des bivouacs, le chien peut effrayer les visiteurs indésirables. Faut-il encore que le chien ait la même définition du visiteur indésirable ! Une nuit nous avons bivouaqué près d’un champ où il y avait des vaches. En plein milieu de la nuit, les vaches se sont rapprochées de la tente, Nova s’est mise à aboyer ! Heureusement, en camping elle ne nous l’a pas fait.

Quelques difficultés rencontrées

Les seules craintes que nous avions avant de partir étaient qu’elle ne supporte pas de rester dans la remorque, ou qu’elle gêne en camping. Finalement, sur ces points on n’a eu aucun souci. La seule chose à laquelle nous n’étions pas préparés était que quelques fois, si elle voyait l’autre vélo passer devant et s’éloigner, elle se mettait à paniquer et pleurer. Et dès que je les rattrapais, elle se calmait, se rallongeait dans sa remorque. Finalement, ça a été la seule “difficulté” à gérer lors de cette randonnée à vélo.

Il n’est pas facile de prendre les chemins avec la remorque à deux roues. Donc nous sommes à la recherche une solution de remorque mono-roue pour la transporter, car nous avons des projets de trajets à la montagne.

Partir à vélo avec son chien n’est pas plus compliqué que de partir avec son enfant. Le tout est de respecter les besoins du chien, lui laisser le temps d’adopter la remorque, les vélos et ce nouveau rythme.

Partager l'article